Le Blog

Rencontre avec Julie de "Oh my God she's parisian !"


Depuis quelques jours, le spectacle de Julie Collas "Oh my God she's parisian !" est disponible sur notre interface. Julie a un parcours particulièrement atypique puisque avant de se lancer sur scène, elle était avocate d'affaires. Pour mieux connaître son histoire, nous l'avons rencontré avant une représentation au Théâtre Bo Saint Martin.


Mais avant toute chose, voici un aperçu de son spectacle :


  • My Travel Mate : Comment es-tu passée du métier d’avocat en entreprise à interprète et productrice du nouveau spectacle à succès à Paris en Anglais « Oh my god she’s Parisian! »?

Julie Collas : C'était totalement inattendu ! Je n'ai jamais voulu devenir comédienne, même si tout le monde disait que j'étais vraiment drôle. J'en avais marre de ma vie de bureau. J’avais l’impression d’être dans le film "le jour de la marmotte" avec Bill Murray. Ce type passe sa vie à revivre le même jour encore et encore. Après 14 ans de pratique du droit, j'ai eu l'impression d'être Bill Murray ! Je suppose que c'est un sentiment que beaucoup de gens ont. La question est de savoir comment trouver un moyen de s'en sortir? La France n'est pas un pays inspirant lorsqu'il s'agit d'aider les gens à changer de vie ou de travail. Tu dois vraiment croire en toi si tu veux une nouvelle vie.

  • MTM : Mais pourquoi avoir quitté une carrière aussi stimulante que la vôtre et où vous gagniez votre vie?

JC : Je me souviens de mon premier jour à la fac de droit. J'étais assis sur un banc avec tous les élèves et je me souviens m'être dit.... "Ce n'est pas pour moi, c'est trop ennuyeux". D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu devenir écrivain ou journaliste. Faire quelque chose d'artistique, mais j'ai écouté mes parents qui disaient qu'être avocat était un bon travail et que je ne serais jamais au chômage. J'ai ensuite choisi la partie la plus difficile du droit. Je suis devenu avocat spécialisé dans les fusions et acquisitions. J'ai passé de nombreuses années à travailler pour de grandes entreprises. Il y a un moment dans votre vie où vous vous sentez si malheureux qu'il ne s'agit plus d'argent, mais de comment vous pouvez survivre en sachant que vous avez encore 30 ans à travailler !

  • MTM : Quel a été le " moment " inspirant qui vous a poussé à aller de l'avant ?

JC : Je crois vraiment en ce moment inspirant qui bouleverse votre vie. Le 13 novembre 2015, j'ai vu quelqu'un à l’heure du déjeuner qui est mort cette nuit-là au Bataclan. Je n'avais jamais eu l'expérience de parler à quelqu'un qui allait mourir quelques heures plus tard, c'était traumatisant. J'ai réalisé que la vie est trop courte pour rêver. Quelques jours plus tard j’ai quitté mon travail alors que je n'avais aucune idée de ce que j'allais faire, je n'avais pas d'autre choix que de me réinventer ! Bizarrement, je n'avais pas peur !

  • MTM : Quelle était l'inspiration derrière le spectacle ?

JC : J‘ai vécu très longtemps à Londres avec mes parents puis j’ai fait mes études de droit à Chicago et travaillé à New-York. Je connais donc bien la mentalité anglo-saxonne et j'ai rencontré tant d'étrangers dans toute ma vie.

Je suis une vraie Parisienne, mes amis sont des Parisiens, j'ai tous les codes de la vie parisienne, de comment parler à comment s'habiller. J'ai trouvé très amusant d'écrire un livre sur ce sujet.

  • MTM : Mais comment as-tu créé le spectacle ?

JC : J'ai commencé par écrire un livre et j'en ai parlé à une actrice anglaise qui trouvait le projet génial. Nous avons décidé de faire de ce livre un spectacle. Je me souviens exactement de ce qu'elle m'a dit "Je t'apprendrai à jouer en quelques mois puis tu loueras une salle de théâtre pour une ou deux soirées et tu verras si tu aimes être sur scène". Les deux représentations ont eu beaucoup de succès alors je me suis lancée sans aucun contact dans le milieu !

  • MTM : A quoi doit-on s’attendre quand on va voir « Oh my God she’s Parisian! » ?

JC : D’abord c’est un spectacle qui change en fonction de mon inspiration. Je le retravaille toutes les semaines. Le public suit la journée type d’une parisienne. Elle croise des gens connus dans Paris, Emmanuel Macron et sa femme, Donald Trump perdu devant le café de Flore… et elle essaye de répondre à de tas de questions très Parisiennes:

Est-ce que c'est vrai que les Parisiens se cachent pour aller boire un café au Starbucks ?

Les Parisiennes sont-elles toutes minces ?

Pourquoi les Français ont l'accent français quand ils parlent Anglais ?

Pourquoi les enfants Parisiens sont-ils si stressés?

Les Parisiens sont- ils tous des alcooliques mondains ?

Pourquoi le Parisien devient-il très méchant dès qu'il monte dans une voiture ?...

  • MTM : Comme votre spectacle est en Anglais, quelle est la composition de votre public ?

JC : C’est à peu près 50% de français et 50% d’étrangers, nous avons comptabilisé 48 nationalités différentes ! Je suis très contente de voir que le spectacle plait autant aux Parisiens qu’aux étrangers. Je voulais éviter l’écueil des « clichés ». Quand les Parisiens sortent de la salle ils me disent qu’ils se sont complètement reconnus et les étrangers ont appris des choses sur nous !

  • MTM : Quels sont les moments les plus mémorables depuis le début du spectacle ?

JC : C’était en janvier 2017. J'avais loué ce petit théâtre dans le 18ème arrondissement de Paris parce que je n'étais pas encore un professionnel du spectacle. J'avais invité mes parents qui pensaient que j'étais devenu folle et que je ne gagnerais jamais ma vie avec mon spectacle.

A la fin du spectacle, ma famille s'est levée pour m'applaudir et j'ai vu de la fierté dans leurs yeux. Mon père m'a dit "tu es faite pour ce travail". Depuis ce jour ils me soutiennent à 100% et ils sont fiers de mon choix.



Le spectacle est à retrouver le vendredi et samedi à 19h15

Théâtre BO SAINT-MARTIN

19 boulevard SAINT-MARTIN

75003 PARIS


Pour suivre ses aventures :

www.juliecollas.com

Instagram

Facebook



13 rue de Belzunce
75010 Paris

contact@my-travelmate.com

0176420217